Les 5 piliers de la Manupuncture

Les 5 piliers et les 6 qualités

La Manupuncture repose sur un socle théorique et pragmatique solide, qui peut être décrit avec l’image des cinq piliers et des six qualités.

Dans la symbolique chinoise, le 5 représente l’équilibre, la position centrale, du juste milieu entre le ciel et la terre, et le 6 est l’emblème du bon ajustement dynamique.

En premier lieu, les 2 « savoirs », le nouveau et l’ancien, qui caractérisent la Manupuncture :

    • La correspondance corps-main, le nouveau paradigme original (1er pilier).
    • L’énergétique, qui fournit un schéma explicatif symbolique, conforme à la tradition (2ème pilier).

Le troisième pilier, au centre, est l’humain :

    • l’homme impliqué, au cœur de la pratique. Celui qui peut dire qu’il prend sa santé en main.

Puis, les 2 « savoir-faire », celui du vivant, de la nature et celui du manupuncteur :

    • L’homéostasie, la force du vivant qui favorise la vie et la santé (4ème pilier).
    • La méthode scientifique, qui fournit des principes et des méthodes rigoureuses et reproductibles (5ème pilier).

Les 2 qualités qui découlent du paradigme de base et qui font la force de la Manupuncture :

    • Rapidité
    • Efficacité

Les 2 qualités qui permettent à tous de pratiquer dans toutes les situations :

    • Simplicité
    • Accessibilité

Les 2 qualités qui rassurent :

    • Sûreté (sans danger)
    • Économique (peu coûteuse)

Pilier 1 : La correspondance

Originalité

La correspondance corps-main est l’hypothèse de base originale qui définit la Manupuncture. Ce premier pilier est suffisant pour pratiquer.

La main est vue comme un « microsystème », une image du corps dans son ensemble. La cartographie de la main a été étudiée scientifiquement entre 1971 et 1975. Une de ses grandes caractéristiques, est qu’elle peut (doit) être vérifiée par chacun de nous, sur nous-même et à chaque rencontre avec une personne à la recherche d’un rééquilibrage ébergétique. Le praticien n’est pas obligé d’avoir foi dans une théorie, et le client ne voit pas le praticien comme un expert au savoir mystérieux et inaccessible.

Cette caractéristique fait apparaitre le cercle vertueux, basé sur une expérience individuelle (validant ce principe), qui permet d’aller du problème (sur le corps) au test (sur la main), puis à la stimulation (sur la main) puis à la vérification (sur le corps et la main). Ce cercle vertueux renforce la confiance du praticien mais aussi celle du client. Il ajoute à l’effet énergétique propre, un double effet placébo : la confiance et l’intention du praticien ainsi que la confiance de la personne en face de lui.

Exclusivement la main

La Manupuncture utilise exclusivement la main, avec de nombreux avantages :

    • La main est un des endroits les plus sensibles du corps humain
    • Les mains sont facilement accessibles (physiquement et socialement)
    • On peut pratiquer sur soi-même.
    • Il n’y a aucune zone dangereuse (sauf blessures éventuelles)
    • Les stimulations ne sont pas intrusives (pas d’utilisation d’aiguilles)

Précision et efficacité 

Les neurosciences, et la somatopie qui étudie la position relative dans le système nerveux des structures correspondant à différentes parties du corps, valide l’importance de la main dans notre cerveau et peuvent expliquer la précision et l’efficacité de la Manupuncture. En effet, au niveau du cortex sensitif et moteur, la main est sur-représentée par rapport au reste du corps, comme on peut le voir sur une représentation déformée du corps humain (homonculus) proportionnelle à la surface du cortex moteur et sensitif, découverte par le neurologue canadien Wilder Penfield (1891–1976)

Exemple de correspondance de la tête sur l’extrémité du majeur

Homonculus de Penfield

Pilier 2 : L'énergétique

Tradition

Si le premier pilier est original et innovant et a été étudié avec les méthodes de la science moderne, le deuxième pilier puise ses sources il y a plusieurs millénaires, et fait référence à une tradition philosophique très ancienne pour fournir un schéma explicatif symbolique mais vraisemblable : l’énergétique chinoise.

L’énergétique est l’ensemble des points de vue sur l’invisible, sur la nature en général et le corps humain en particulier, expliquant le fonctionnement sain et malade du corps pris dans son entièreté (corps, esprit, émotion, âme). Tout est énergie, et cette énergie circule dans le corps sous de nombreuses formes (chimique, électrique, mécanique, thermique, matière, …) que les chinois appellent « Qi ». Ce qui est l’intuition des traditions mystiques (chinoise, indienne, bouddhiste, soufie, juive, chrétienne, …) est aujourd’hui aussi ce que nous dit la physique moderne quantique et relativiste.

La Manupuncture a ajouté à cette symbolique le résultat d’études statistiques sur les typologies des désordres énergétiques, qui vient conforter les observations cliniques. C’est « l’étoile de Manupuncture », un résumé, un outil très utile qui donne toute sa puissance à la pratique de la Manupuncture, en particulier pour résoudre des situations de désordres énergétiques chroniques ou complexes.

La volonté du Pr. Tae-Woo Yoo d’utiliser une méthode scientifique (en vérifiant tous les concepts) et de démocratiser l’accès à la Manupuncture (simplification et accessibilité des techniques, formation pour tous, faible coût des soins) l’ont amené à réétudier des concepts de la médecine chinoise qui n’étaient plus en usage, et à remettre en question certains usages traditionnels. La pratique de la Manupuncture est à la fois, conforme à l’ancienne tradition et très moderne dans sa méthodologie scientifique.

Calligraphie de l’idéogramme Qi

Equations de la physique moderne

Etoile de Manupuncture

Pilier 3 : L'humain

L’homme au cœur de la pratique

Dans la Manupuncture, l’homme est au centre. En effet la Manupuncture (et normalement toutes les médecines énergétiques holistiques) considère chaque personne comme étant unique, Elle s’intéresse à ses désordres énergétiques et très peu aux symptômes, pour aider chacun à mobiliser ses propres ressources (homéostasie, le 4ème pilier). La pratique nous montre quotidiennement que des symptômes identiques peuvent correspondre à des causes différentes, et inversement qu’une même cause peut créer des symptômes différents. La finalité étant toujours la recherche des causes profondes des déséquilibres (faiblesse énergétique, problème d’alimentation, problèmes émotionnels, d’addiction, …) qui amèneront éventuellement à orienter et à consulter d’autres thérapeutes (médecins, dentistes, ostéopathes, psychologues, …)

La Manupuncture est une technique complémentaire, utile dans de nombreuses situations, mais ce n’est pas une pratique médicale. Pour une prise en charge en sécurité, le manupuncteur est à l’écoute et accompagne uniquement les personnes qui ont reçu un diagnostic médical et sont prises en charge par la médecine conventionnelle.

L’homme impliqué

Dans la Manupuncture, la personne est impliquée. En effet, entre deux consultations, celle-ci (ou un accompagnant, s’il n’en a pas la capacité) devra réaliser les actions de stimulation sur la main qui lui auront été conseillées. En général, celles-ci consistent en  la pose, chaque nuit, de Ki Bong (petite pastille métallique) sur la main que la personne gardera toute la nuit. Elle pourra aussi réaliser elle-même, une ou plusieurs fois par jour, des séances de moxibuxion ou de laser sur la main.

Cette implication participe à l’efficacité de la Manupuncture, à la fois pour son effet placébo (je m’occupe de moi, je suis actif dans le processus de rétablissement de mon équilibre énergétique, dans la mobilisation des ressources d’autoguérison) et par le fait que les stimulations sont appliquées quasiment en continu, et ne se limitent pas aux séances avec le praticien.

Chacun prend sa santé en main

Dans la Manupuncture, chacun peut prendre sa santé en main. Loin d’être un objet mystérieux, la Manupuncture est à la portée du plus grand nombre. En effet, très souvent le praticien va expliquer comment fonctionne la Manupuncture. La personne ne se trouve pas en face d’un expert au savoir inaccessible, mais avec un praticien qui partage son savoir et ses fonctionnements. Ayant compris, expérimenté et ressenti les effets sur lui-même, la personne va en parler autour d’elle, et éventuellement réaliser des stimulations simples sur ses proches, ses amis, son entourage. Cela l’amène à développer une réflexion, un état d’esprit sur la santé et sur ce que c’est que de prendre soin de soi.

Une vision holistique

L’homme au cœur de la pratique

Pilier 4 : L'homéostasie

« Le seul guérisseur est notre corps »

Chacun de nous a pu observer et expérimenter les capacités extraordinaires du corps humain à s’adapter aux évènements extérieurs (physiques ou émotionnels) et si besoin à se régénérer et à se reconstituer. Un os se ressoude, une plaie arrête de saigner, la fièvre combat les virus et les bactéries, etc. Bien évidemment, la médecine, la chirurgie, la technologie (imagerie, analyse) et les médicaments permettent de survivre quand le corps a dépassé ses capacités naturelles de réparation et a besoin d’être aidé.

Le Pr Claude Bernard, dans son ouvrage « Introduction à l’étude de la médecine expérimentale », pose en 1856 les bases de l’étude rigoureuse et scientifique de la physiologie. L’être vivant échappe au déterminisme parce que nous l’examinons globalement, mais les éléments qui le composent sont soumis aux lois physico-chimiques. Ces réactions ont besoin de conditions stables et précises de température, pression, hygrométrie, c’est le « milieu intérieur ». Le Pr Claude Bernard a montré que tout en nous, êtres vivants, était fait pour aller vers un état d’équilibre favorisant la vie et la santé, c’est « l’homéostasie ».

Le manupuncteur ne fait qu’accompagner cette capacité naturelle du corps. Le thérapeute n’est là que pour apporter les stimulations (médicaments, repos, aiguille d’acupuncture, massage, prières, …) à un corps affaibli, en cours de régénération.

Nous connaissons les grandes lignes du fonctionnement du corps, mais vouloir comprendre en détail l’être vivant dans sa complétude et sa complexité est illusoire :30 000 milliards de cellules, (les cellules sanguines représentent 84% de ce chiffre). Des milliers de réactions chimiques par seconde dans chaque cellule. Autant de bactéries (30 000 milliards de cellules non humaines) vivant en symbiose dans notre corps.

L’influence et l’action de notre esprit sur le corps est fondamentales ; c’est le placébo, le psychosomatique, la pensée positive, la prière, noms que l’on donne à ces effets que la médecine à longtemps ignorés car non mesurables et non explicables. L’attention et l’intention du thérapeute sont des composantes particulièrement importantes.

Notre corps a une compréhension naturelle et juste de son état et de ce dont il a besoin. Il est possible d’utiliser cette propriété à travers des mesures objectives, comme les tests musculaires, (par exemple la méthode « O’ring test » particulièrement utilisé en milieu hospitalier au Japon).

Claude Bernard (1813-1878)

O’ring test

Pilier 5 : La science

La méthode scientifique est utilisée pour l’établissement des théories de la Manupuncture, ainsi que par le manupuncteur à chaque moment de sa pratique.

«Le concept de « scientifique » est généralement défini comme étant ce qui est « objectif, démontrable, mesurable, évident en soi, … ». L’époque moderne tient la science en haute estime. Le fait de qualifier un énoncé ou une façon de raisonner du terme « scientifique » lui confère une sorte de mérite ou signale qu’on lui accorde une confiance particulière.

Dès l’origine la Manupuncture est « scientifique ». En effet Tae-Woo YOO a eu la volonté de respecter des principes et d’utiliser des méthodes publiques vérifiables par des tiers. Chaque principe, chaque outil, chaque protocole a été soumis à une vérification approfondie. De très nombreux articles scientifiques ont été publiés dans tous les pays, décrivant des expériences cliniques qui montrent l’efficacité de la Manupuncture

La Manupuncture utilise une méthode scientifique, aussi bien dans le domaine de la recherche, que dans la pratique quotidienne. La cartographie initiale de la main a demandé quatre ans de travail au Pr. Tae-Woo Yoo et son équipe. Depuis cette époque, la recherche et la remise en cause des acquis est permanente et la Manupuncture est en constante évolution. Chaque individu étant différent, le praticien doit tester à chaque fois le point de correspondance en observant la réaction de la personne, pour trouver son positionnement exact. Le praticien renouvelle chaque jour l’expérience scientifique. Les outils de mesures utilisés sont soit subjectifs (réaction de la personne, sensation sur la main, sensation sur le corps, amélioration ou disparition de la gêne, …) soit objectifs (pouls yin et yang, analyse de sang, tension artérielle, test musculaire, EEG, …).

 

Cercle vertueux de la démarche scientifique

Relevé d’électroencéphalogramme d’un patient souffrant d’une paralysie douloureuse du nerf facial, pendant la stimulation sur le point de correspondance, montrant un temps de réaction de 3 secondes sur le tracé.

CIMC  - Tous droits réservés. ©2000-2020

Setup Menus in Admin Panel

X